la tête sous l'eau olivier adam robert laffont

Olivier Adam nous plonge La tête sous l’eau

Olivier Adam excelle dans l’art de raconter des histoires réalistes, et son nouveau roman ne fait pas exception. S’il est présenté comme étant destiné à un jeune lectorat, ce livre saura tout de même séduire un public plus mature. Nul doute que vous serez vous aussi happé par cette histoire, à la fois tendre et cruelle…

18 ans après Je vais bien ne t’en fais pas, Olivier Adam a décidé de nous raconter à la terrible histoire d’une famille brisée suite à une disparition. Cette fois cependant, l’issue est moins tragique car Léa parvient à revenir parmi les siens : « On l’a retrouvée. Merde alors. On l’a retrouvée. C’en est fini de ce cauchemar ». Mais ce qui devait être une délivrance pour ces personnages, écorchés par ce drame, n’est finalement que le début de nouvelles épreuves à surmonter. L’ambiance est pesante, l’histoire est déchirante, pourtant vous vous surprendrez à ne pas vouloir reprendre votre souffle sans en connaître la fin.

Une citation marquante de ce livre d’Olivier Adam ?

« il a fallu s’y résoudre d’une manière ou l’autre. S’accommoder à l’idée que même si nous étions détruits, morts à l’intérieur, la Terre ne s’était pas arrêtée de tourner pour autant, tout ne s’était pas effondré autour de nous. Que nous n’avions pas été immédiatement réduits en poussière et propulsés dans le noir infini de l’univers. Qu’il nous fallait continuer à respirer malgré tout. Nous nourrir. Nous lever le matin. Survivre. Jour après jour. »

La tête sous l’eau d’Olivier Adam
Livre de 224 pages paru le 23 août 2018 chez Robert Laffont

 

Article écrit pour le quatrième numéro de Ginette Magazine